LA VIOLENCE ENVERS LES ENFANTS

A genou avec de gros cailloux dans chacune des mains, bastonnade au tuyau, la moto, la chauve-souris tête en bas et pieds au mur, on a tous un jour gouté à une ou même à toutes ces punitions.

Si ces souvenirs peuvent faire sourire, rappelons que certains parents poussent le bouchon, au point de confondre « violence » et « correction »😓. De l’un à l’autre le pas peut être vite franchi quand le parent est en colère, et l’enfant récalcitrant. Voici ce que dit l’article 235 du code pénal sur à la violence faite aux enfants :

🔖Art 235 : Quiconque aura volontairement fait des blessures ou porté des coups à un enfant au-dessous de l’âge de 15 ans accomplis, ou l’aura volontairement privé d’aliments ou de soins au point de compromettre sa santé, ou aura commis à son encontre toute autre violence ou voie de fait, à l’exclusion des violences légères, sera puni d’un emprisonnement de 1 à 5 ans et d’une amende de 24 000 à 240 000 francs[…]

Si les coupables sont les père et mère légitimes, naturels ou adoptifs ou autres ascendants légitimes, ou toutes autres personnes ayant autorité sur l’enfant ou ayant sa garde, les peines seront : - un emprisonnement de 2 à 10 ans et une amende de 24 000 à 1 000 000 de francs dans le cas visé au premier paragraphe du présent article[…]

💡Ce qui nous dérange dans cet article c’est la partie « à l’exclusion des violences légères ». Ça veut donc dire qu’un adulte peut exercer sur un enfant « des violences légères »😯 Mais qu’entend le législateur gabonais par « violences légères » ?

👉Selon le Larousse, la violence est le « caractère de ce qui se manifeste, se produit ou produit ses effets avec une force intense, brutale et souvent destructrice ».

👉Parler de " violence légère" est donc un oxymore 🙄 Soit on est violent, soit on ne l’est pas...

⚠️En conclusion, quand nous punissons nos enfants, essayons donc de nous rappeler ces nombreux cas de parents qui en corrigeant leur progéniture, les ont maltraités, traumatisés, et parfois involontairement tués…parce qu’ayant franchi la ligne si fine, séparant la correction de la violence.

Source : Code pénal Crédits photo : bice.org et buzzyafrica.com

Posts à l'affiche
Posts Récents
Archives
Rechercher par Tags
  • Facebook Basic Square
This site was designed with the
.com
website builder. Create your website today.
Start Now