top of page

LA COUVERTURE MÉDIATIQUE D’UNE AFFAIRE METTANT EN CAUSE UNE PERSONNE N'ÉTANT PAS ADULTE

Il y a quelques mois, la société gabonaise s'est émue d'un énième fait divers : agression sexuelle sur une mineure de 16 ans Au banc des suspects : 2 jeunes de sexe masculin. L’interview réalisée par la star journalistique Henrick Bokoko a beaucoup fait rire, notamment du fait de la répartie des suspects. - On vous accuse d'avoir abusé d'une jeune fille de 16 ans, c'est ca ? - je n'ai rien à ... - Tu as abusé d'elle ?! - Elle avait la mèche !

Pourtant, l'un des présumés agresseurs dira quelque chose de significatif : "Mais moi aussi je suis mineur !" Peu de gens ont tenu compte de cette réponse, qui soulève de graves questions juridiques quant à l'usage de l'image d'un mineur ou d'un enfant par les médias.

Art 3 Code de l'enfant 2019 : On entend par « Enfant » tout être humain âgé de moins de 18 ans.

Art 88 Ordonnance N°18/PR/2015 du 11/08/2015 portant conditions et modalités d’exercice de la liberté de la communication en République Gabonaise : Dans l’exercice de sa profession, l’éditeur de presse doit particulièrement veiller : […] - à la protection de l’enfant et de l’adolescent ; […]

Art 268 Code de l’enfant 2019 : Quiconque aura capté, enregistré ou transmis des paroles prononcées par l’enfant ou son image dans le but de nuire à sa réputation sera puni d'un emprisonnement de 3 mois à 1 an et d'une amende de 100.000 à 300.000 FCFA ou de l'une de ces deux peines seulement.

Art 276 Code de l’enfant 2019 : Sera puni d'une peine d'emprisonnement de 6 mois à 1 an et d'une amende de 250.000 à 1.000.000 de FCFA, l'auteur de tout imprimé, écrit, dessin, affiche, gravure, peinture, photographie, film ou cliché, matrice ou reproduction photographique, emblème ou image se rapportant à l’enfant et portant atteinte à son intérêt supérieur, notamment à son image ou à sa considération. La peine prononcée peut être assortie d'une interdiction d'exercer, pendant une durée de 6 mois, l'activité ayant conduit à la commission de l'infraction.

Conclusion : Floutage, anonymat, interdiction de divulguer des informations relatives à son identité, respect de la présomption d'innocence, etc. sont entre autres des précautions à prendre quand on couvre une affaire mettant en cause des personnes non adultes.

Notre avis : je n'ai rien à dirrrreeeuuuuh !

Comments


Posts à l'affiche
Posts Récents
Archives
Rechercher par Tags