LA COPROPRIÉTÉ ET L'ENTRETIEN DES IMMEUBLES BÂTIS

Au Gabon, la copropriété des immeubles bâtis n'est pas une pratique répandue. En effet, la plupart des immeubles ont un usage de bureaux car une grande majorité des gens habitent plutôt dans des maisons;

Et même s'il existe des immeubles d'habitation divisés en appartement, en général ils appartiennent : - A un seul propriétaire privé ou alors il s'agit d'immeubles de l’État dans lesquels sont logés des fonctionnaires (corps armés, etc.) : Dans ces deux cas de figure il n y a qu'un unique propriétaire donc il lui appartient d'entretenir l'immeuble, même si les locataires ou occupants ne sont pas exempts de toute responsabilité ; - Quand a contrario il y a plusieurs propriétaires d'appartements dans un immeuble, alors ils sont dit "copropriétaires" et ils doivent entretenir tous ensemble leur bien ; pour se faire, des textes de lois encadrent normalement cette situation on ne peut plus complexe.

Nous avons cherché, mais nous n'avons pas trouvé de texte relatif à la copropriété des immeubles bâtis publics ou privés, ou même à la gestion des immeubles d'habitation, et donc traitant des problématiques de syndicat de copropriété, nettoyage, travaux d'entretien ou de réfection, gestion des parties communes, etc. Ce vide juridique, s'il est confirmé, peut-il expliquer à lui tout seul, l'état déplorable pour ne pas dire scandaleusement crasseux de plusieurs immeubles dans lesquels sont logés de nombreux fonctionnaires ? La réponse est évidemment non !

Comment comprendre alors que les concernés puissent supporter de vivre dans de telles conditions ? La crasse est telle qu'au delà du désengagement de l’État, la responsabilité des habitants n'est pas à occulter...

Par ailleurs, en filmant des immeubles d'habitation, certes occupés par des forces de l'ordre, Nephtali Nalick s'est-il rendu coupable d'une quelconque infraction ? Oui il peut être interdit de filmer certains bâtiments administratifs ou relevant de la défense nationale. Mais pour cela, il faudrait que l'interdiction soit explicitement mise en exergue pour que nul n'en ignore : par exemple par des panneaux de signalisation "Interdit de filmer et de photographier", "zone militaire", etc. C'est pourquoi, si le motif de son arrestation repose sur sa vidéo-reportage du camp de police, le bien-fondé nous semble tout simplement léger voire inexistant . - Pour re-voir le reportage de Nephtali Nalick sur le camp de police de Libreville : https://fb.watch/bPkRav-JxQ/













42 commentaires



Posts à l'affiche
Posts Récents
Archives
Rechercher par Tags
  • Facebook Basic Square